Oui, vous avez bien lu, Bouygues veut s’offrir SFR et doit pour ça se séparer d’une partie de son réseau, qu’il compte négocier avec Free. Un accord historique qui pourrait être à l’origine d’un grand bouleversement dans les mois à venir. Explications.

On en entend parler depuis quelques jours, mais pourquoi Vivendi souhaite se séparer de SFR, sa filière télécom ? Les premières rumeurs datent déjà de fin 2012, alors que Free venait de débarquer sur le marché comme “perturbateur” des trois opérateurs déjà bien implantés. Stéphane Roussel, le patron de SFR à cette époque, commence déjà à envisager une fusion de SFR avec un concurrent, Vivendi souhaite en effet se concentrer sur son activité TV et musicale et souhaite ne pas se disperser. Se séparer de SFR semble être la meilleure solution.

L’autorité de la concurrence veillant, Orange et Free sont déjà hors jeu en ce qui concerne la reprise éventuelle du réseau téléphonique de SFR. En cas de rachat, la plus grand partie du réseau français serait entre les mains de l’acquéreur, ne laissant que des miettes aux autres.

BouyguesPar conséquent, seul Numéricable semble être à même de postuler au rachat du réseau de SFR… Sauf Bouygues, qui ne veut pas être laissé sur la touche ! On en parlait déjà dans un précédent article, Bouygues et SFR avaient entamé des négociations pour mutualiser leurs réseaux mobiles et Bouygues semble donc être tout désigné pour poursuivre cette “mutualisation”… A condition de faire quelques concessions, à la demande de l’autorité de la concurrence.

En effet, pour qu’un rachat de SFR par Bouygues soit envisageable, Bouygues doit se séparer d’une partie de son réseau au profit de l’un de ses concurrents. Bouygues est donc entré en négociations exclusives avec Free afin de lui céder “15.000 antennes et un portefeuille de fréquences, dont une partie pour la 4G” pour la modique somme de 1,8 milliards d’euros. L’accord gagnant-gagnant est conditionné à l’acceptation de l’offre par Vivendi et par conséquent, au succès de l’offre de fusion entre Bouygues et SFR.

Affaire à suivre donc !